Briefe und Texte
aus dem intellektuellen
Berlin um 1800

Brief von Johann Albrecht Euler an Jean Henri Samuel Formey (Sankt Petersburg, 7. September 1767)

 

 

Faksimile Dipl. Umschrift Lesefassung Metadaten Entitäten XML Faksimile Dipl. Umschrift Lesefassung Metadaten Entitäten XML
 
 

Staatsbibliothek zu Berlin / Handschriftenabteilung
Weiterverwendung nur mit Genehmigung der Staatsbibliothek zu Berlin

ganze XML-Datei herunterladen powered by TEI

Aktuelle Seite

 
27
à St : Petersbourg ce 7/18 Septembre 1767
Monsieur mon très-chèr et très-honoré Oncle !

J’ai l’honneur de Vous envoïer les 6 Exemplaires ci-joints du Catalogue
des livres de notre Academie, pour les distribuer ou plutôt communiquer
à Vos connoissances : peut-être en pourriez Vous aussi faire usage dans
quelques Journeaux ou Gazettes littraires. Le bût de l’Acad. Imp.
En publiant ce catalogue est de prevenir tout desordre : le public
saura à présent auxquels libraires il se pourra adresser pour avoir
les ouvrages imprimés à St. Petersbourg et au quel prix ? Nous
venons d’envoyer à chacun de ces trois libraires des livres indiqués
pour la valeur de 2000 ecûs et au-delà ; ils les recevront francs
de Transport et l’Academie leur accordre 25 p.C. de tout ce qu’ils
vendront ; mais aussi se sont-ils engagés de ne surfaire personne
et d’observer religieusement les prix préscrits par notre academie.
C’est assés de l’Academie, et je viens à mes propres affaires.
Ma femme aussi bien que l’enfant continuent, Dieu merci,
à se porter aussi bien que je desire. Nous ne nous sommes pas
encore decidé sur le jour du baptème, mais vraisemblablement ne
tarderont nous plus sî long tems à faire baptiser, ma
femme
se portant si bien et se voyant dejà en etât de se lever
si tôt de son lit. Dieu m’a fait cette fois-ci une grace toute particuliere.

Je Vous supplie mon très-honoré Oncle de faire partir l’incluse
le plûs-tôt possible, et de Vous faire payer le port de lettres
Par

par Mr. de la Baume le fils, qui aura la bonté de me le
mettre à conto. Voici un petit extrait de mon journal.
le 21 Aout je fûs au Consistoire et nous congédiames
le pauvre Pasteur de Sparre, le 22 à l’Encans du feu
Pasteur Dilthey, le 23 de même je fis de grands achats
de livres, et aussi d’argenteries. le 24 nous dinames
chez le Comte Wolodimer Orlow, ensuite chez mon frère
le medecin et enfin à l’encans. Nous eumes une forte
tempête, et la tempête foudre tomba mais sans faire
du mal. le 25 Mr Krafft entra dans la maison du
bois de mon père. Le 26 – quelques visites, nous dinames
chez mon père et on soupa chez moi : le 27 – Nous
primes congé de notre Chef qui retourna ce même jour
pour Moscou ; la cour reviendra vers noël. le 28
et le 29 rien de remarquable. le 30 fût d’autant
plus remarquable, ma femme accoucha. le 31
je Vous notifiai cette augmentation de ma famille, et
je me rendis à l’encans. Le 1. Septembre j’eus quelques
visites qui m’incommodèrent beaucoup. Le 2. nous fûmes
tous en Garte chez mon père ; Le General de Molina m’apporte
une lettre de mon beau frère Louïs Hagmeister qu’il avoit
rencontre à Carlsbade : le 3 – à l’encans et depuis
rien de remarquable. Mille Complimens de toute
ma famille. j’ai l’honneur d’être avec un profond
respect Monsieur mon très-honoré Oncle
Votre
très-humble et très-obeïssant Serviteur et Neveu

J. Albert Euler

à St : Petersbourg ce 7/18 Septembre 1767 Monsieur mon très-chèr et très-honoré Oncle !

J’ai l’honneur de Vous envoïer les 6 Exemplaires ci-joints du Catalogue des livres de notre Academie, pour les distribuer ou plutôt communiquer à Vos connoissances : peut-être en pourriez Vous aussi faire usage dans quelques Journeaux ou Gazettes littraires. Le bût de l’Acad. Imp. En publiant ce catalogue est de prevenir tout desordre : le public saura à présent auxquels libraires il se pourra adresser pour avoir les ouvrages imprimés à St. Petersbourg et au quel prix ? Nous venons d’envoyer à chacun de ces trois libraires des livres indiqués pour la valeur de 2000 ecûs et au-delà ; ils les recevront francs de Transport et l’Academie leur accordre 25 p.C. de tout ce qu’ils vendront ; mais aussi se sont-ils engagés de ne surfaire personne et d’observer religieusement les prix préscrits par notre academie. C’est assés de l’Academie, et je viens à mes propres affaires. Ma femme aussi bien que l’enfant continuent, Dieu merci, à se porter aussi bien que je desire. Nous ne nous sommes pas encore decidé sur le jour du baptème, mais vraisemblablement ne tarderont nous plus sî long tems à faire baptiser, ma femme se portant si bien et se voyant dejà en etât de se lever si tôt de son lit. Dieu m’a fait cette fois-ci une grace toute particuliere.

Je Vous supplie mon très-honoré Oncle de faire partir l’incluse le plûs-tôt possible, et de Vous faire payer le port de lettres Par

par Mr. de la Baume le fils, qui aura la bonté de me le mettre à conto. Voici un petit extrait de mon journal. le 21 Aout je fûs au Consistoire et nous congédiames le pauvre Pasteur de Sparre, le 22 à l’Encans du feu Pasteur Dilthey, le 23 de même je fis de grands achats de livres, et aussi d’argenteries. le 24 nous dinames chez le Comte Wolodimer Orlow, ensuite chez mon frère le medecin et enfin à l’encans. Nous eumes une forte tempête, et la foudre tomba mais sans faire du mal. le 25 Mr Krafft entra dans la maison du bois de mon père. Le 26 – quelques visites, nous dinames chez mon père et on soupa chez moi : le 27 – Nous primes congé de notre Chef qui retourna ce même jour pour Moscou ; la cour reviendra vers noël. le 28 et le 29 rien de remarquable. le 30 fût d’autant plus remarquable, ma femme accoucha. le 31 je Vous notifiai cette augmentation de ma famille, et je me rendis à l’encans. Le 1. Septembre j’eus quelques visites qui m’incommodèrent beaucoup. Le 2. nous fûmes tous en Garte chez mon père ; Le General de Molina m’apporte une lettre de mon beau frère Louïs Hagmeister qu’il avoit rencontre à Carlsbade : le 3 – à l’encans et depuis rien de remarquable. Mille Complimens de toute ma famille. j’ai l’honneur d’être avec un profond respect Monsieur mon très-honoré OncleVotre très-humble et très-obeïssant Serviteur et Neveu J. Albert Euler