Lettres et textes:
Le Berlin intellectuel
des années 1800

Lettre de Jean Albert Euler à Jean Henri Samuel Formey (Sankt Petersburg, 5 décembre 1761)

 

 

Scan Version dipl. Version de lecture Métadonnées Entités XML Scan Version dipl. Version de lecture Métadonnées Entités XML
 
 

Personnes apparaissant dans ce manuscrit

Groupes apparaissant dans ce manuscrit

    Œuvres évoquées dans ce manuscrit

      Lieux figurant dans ce manuscrit

      Bibliothèque d'État de Berlin / Section des manuscrits
      Réutilisation uniquement sur autorisation de la Bibliothèque d'État de Berlin

      1
      Monsieur
      Mon très chèr et très honoré Oncle!

      Oserai-je bien Vous demander la grace de me mander
      le nom de batème de feu ma belle mère avec la date
      de sa naissance, de son mariage et de sa mort.

      Mr Lelong de Francfourth mon oncle du coté de ma mère
      me tourmente et me presse pour que je lui en donne toute
      les eclaircissemens possibles : il se tient un gros Journal de tous ce qui se passe dans la famille.

      Je Vous demande mille pardon, mon chèr Oncle, de cette
      incommodité [le m est doublé] ; mon beau-père n’est pas encore de retour et
      d’ailleurs ma femme m’assure que Vous savez le mieux donner
      des ecclaircissemens [sic] de tout ce qui regarde la famille.

      Ma femme aussi bien que moi Vous présentons nos
      très humbles respects de même qu’à Madame notre chère Tante
      nous embrassons toute la chère famille. Je suis en attendant
      l’honneur de Vous voir demain avec tout le respect imaginable

      Monsieur
      Mon très chèr et très honoré Oncle !
      Votre très humble et
      très Obeissant Serviteur
      Et Neveu
      JA Euler

      Ce

      A Monsieur
      Monsieur le Professeur
      Formey ec
      chez
      Lui

      Monsieur Mon très chèr et très honoré Oncle!

      Oserai-je bien Vous demander la grace de me mander le nom de batème de feu ma belle mère avec la date de sa naissance, de son mariage et de sa mort.

      Mr Lelong de Francfourth mon oncle du coté de ma mère me tourmente et me presse pour que je lui en donne toute les eclaircissemens possibles : il se tient un gros Journal de tous ce qui se passe dans la famille.

      Je Vous demande mille pardon, mon chèr Oncle, de cette incommodité [le m est doublé] ; mon beau-père n’est pas encore de retour et d’ailleurs ma femme m’assure que Vous savez le mieux donner des ecclaircissemens [sic] de tout ce qui regarde la famille.

      Ma femme aussi bien que moi Vous présentons nos très humbles respects de même qu’à Madame notre chère Tante nous embrassons toute la chère famille. Je suis en attendant l’honneur de Vous voir demain avec tout le respect imaginable

      Monsieur Mon très chèr et très honoré Oncle ! Votre très humble et très Obeissant Serviteur Et Neveu JA Euler

      Ce

      A Monsieur Monsieur le Professeur Formey ec chez Lui