Lettres et textes:
Le Berlin intellectuel
des années 1800

Lettre de Jean Albert Euler à Jean Henri Samuel Formey (Saint Pétersbourg, 20 avril 1767)

 

 

Scan Version dipl. Version de lecture Métadonnées Entités XML Scan Version dipl. Version de lecture Métadonnées Entités XML
 
 

Personnes apparaissant dans ce manuscrit

Groupes apparaissant dans ce manuscrit

Œuvres évoquées dans ce manuscrit

    Lieux figurant dans ce manuscrit

    Bibliothèque d'État de Berlin / Section des manuscrits
    Réutilisation uniquement sur autorisation de la Bibliothèque d'État de Berlin

    14.

    A Monsieur
    Monsieur le Professeur Formey
    Secretaire perpetuel de l’Academie
    Roïale
    des Sciences et belles lettres de
    Berlin &&&
    à Berlin

    14v
    A St: Petersbourg ce 20 Avril 1767 1 Mai (écriture ajoutée)Monsieur mon très-chèr et très-honoré Oncle !

    Cette lettre ressemblera à ces courtes visites, que
    j’avois autrefois l’honneur de Vous faire les
    matins, ces visites que je regretterai toujours
    et que je trocquerai volontiers contre les plus longues
    lettres que Vous avez la bonté de m’adresser, et
    qui cependant pour aujourd’huit font mon unique
    consolation. Je Vous dirai cependant une nouvelle,
    Monsieur et très honoré Oncle ! qui ne manquera
    pas de Vous faire autant de plaisir qu’une quatres
    pages de mon ecriture, c’est que graces au ciel
    mon père commence à se mieux porter, qu’il n’y a
    plus rien à craindre pour lui et qu’il est au contraire
    en chemin d’être bientôt tout à fait retabli.

    Voilà tout ce que j’avois à Vous mander très honoré
    Oncle. j’ai d’ailleurs commencé une longue epitre
    que je finirai aussitôt qu’il me le sera possible
    et que je Vous enverrai ensuite avec la première
    Occasion ; un pauvre extrait de mon journal,
    une rapsodie de mille bagatelles. Vous aurez
    dejà recû ma dernière reponse à Vos précedentes
    lettres, datée du 19 avril, avec un billet pour
    D’Anières. Mes respects à Madame Votre epouse
    et civilités à toute Votre chère famille, ma femme
    fait autant et mille complimens de mon père et
    de toute notre famille. Adieu mon très chèr et très honoré Oncle ! jouïssez longtems d’une bonne santé et n’oubliez jamais

    Votre très humble
    et très obeïssant Serviteur et Neveu

    J. Albert Euler

    A Monsieur Monsieur le Professeur Formey Secretaire perpetuel de l’Academie Roïale des Sciences et belles lettres de Berlin &&& à Berlin

    A St: Petersbourg ce 20 Avril 1767 1 Mai (écriture ajoutée)Monsieur mon très-chèr et très-honoré Oncle !

    Cette lettre ressemblera à ces courtes visites, que j’avois autrefois l’honneur de Vous faire les matins, ces visites que je regretterai toujours et que je trocquerai volontiers contre les plus longues lettres que Vous avez la bonté de m’adresser, qui cependant pour aujourd’hui font mon unique consolation. Je Vous dirai cependant une nouvelle, Monsieur et très honoré Oncle ! qui ne manquera pas de Vous faire autant de plaisir que quatres pages de mon ecriture, c’est que graces au ciel mon père commence à se mieux porter, qu’il n’y a plus rien à craindre pour lui et qu’il est au contraire en chemin d’être bientôt tout à fait retabli.

    Voilà tout ce que j’avois à Vous mander très honoré Oncle. j’ai d’ailleurs commencé une longue epitre que je finirai aussitôt qu’il me le sera possible et que je Vous enverrai ensuite avec la première Occasion ; un pauvre extrait de mon journal, une rapsodie de mille bagatelles. Vous aurez dejà recû ma dernière reponse à Vos précedentes lettres, datée du 19 avril, avec un billet pour D’Anières. Mes respects à Madame Votre epouse et civilités à toute Votre chère famille, ma femme fait autant et mille complimens de mon père et de toute notre famille. Adieu mon très chèr et très honoré Oncle ! jouïssez longtems d’une bonne santé et n’oubliez jamais

    Votre très humble et très obeïssant Serviteur et Neveu

    J. Albert Euler