Letters and texts:
Intellectual Berlin
around 1800

Letter from John Albert Euler to Jean Henri Samuel Formey (Saint Petersburg, 1 June 1767)

 

 

Facsimile Dipl. transcription Reading text Metadata Entities XML Facsimile Dipl. transcription Reading text Metadata Entities XML
 
 

Persons mentioned in the manuscript

Groups of persons mentioned in the manuscript

    Works mentioned in the manuscript

      Places mentioned in the manuscript

      Staatsbibliothek Berlin / Manuscripts section
      Reuse subject to prior approval by Staatsbibliothek Berlin

      Download whole XML file powered by TEI

      Current page

       
      21
      à St : Petersbourg ce 1/12 Juin 67.
      Monsieur mon très-chèr et très honoré Oncle !

      Le Docteur Wolff est arrivé le 24 du mois passé
      et vient de m’envoyer tout à l’heure les papiers,
      que Vous avez bien voulû, Monsieur et très honoré Oncle, me faire parvenir.

      Nous avons de nouveau esperance de pouvoir
      faire l’acquisition d’un habile Mechanicien,
      et nous attendrons auparevant le succès de
      cette demarche avant de penser aux
      jeunes Russes, que nous voulons envoyer
      chez Ring. J’écris ces lignes à la
      Sale de nôtre Commission ; et M. de
      Stehlin
      me presse d’achever, puisqu’il
      les veut in fermer la lettre, qu’il vient
      de Vous ecrire. Je Vous demande
      pardon, et Vous souhaite de tout mon cœur
      que le petit lait Vous fasse beaucoup
      de bien. Milles Complimens et respects de toute ma famille.


      je suis avec un profond respect
      Votre très humble et très obeïssant Serviteur
      J. Albert Euler

      A Monsieur
      Monsieur le Professeur
      Formey
      De l’Acad. Imp. Des Sc. De St.
      Petersbourg
      et Secretaire perpetuel
      de l’Acad. De Berlin A Berlin

      à St : Petersbourg ce 1/12 Juin 67. Monsieur mon très-chèr et très honoré Oncle !

      Le Docteur Wolff est arrivé le 24 du mois passé et vient de m’envoyer tout à l’heure les papiers, que Vous avez bien voulû, Monsieur et très honoré Oncle, me faire parvenir.

      Nous avons de nouveau esperance de pouvoir faire l’acquisition d’un habile Mechanicien, et nous attendrons auparevant le succès de cette demarche avant de penser aux jeunes Russes, que nous voulons envoyer chez Ring. J’écris ces lignes à la Sale de nôtre Commission ; et M. de Stehlin me presse d’achever, puisqu’il veut in fermer la lettre, qu’il vient de Vous ecrire. Je Vous demande pardon, et souhaite de tout mon cœur que le petit lait Vous fasse beaucoup de bien. Milles Complimens et respects de toute ma famille.

      je suis avec un profond respect Votre très humble et très obeïssant Serviteur J. Albert Euler

      A Monsieur Monsieur le Professeur Formey De l’Acad. Imp. Des Sc. De St. Petersbourg et Secretaire perpetuel de l’Acad. De Berlin A Berlin