Letters and texts:
Intellectual Berlin
around 1800

Letter from John Albert Euler to Jean Henri Samuel Formey (Saint Petersburg, 31 August 1767)

 

 

Facsimile Dipl. transcription Reading text Metadata Entities XML Facsimile Dipl. transcription Reading text Metadata Entities XML
 
 

Persons mentioned in the manuscript

Groups of persons mentioned in the manuscript

    Works mentioned in the manuscript

      Places mentioned in the manuscript

      Staatsbibliothek Berlin / Manuscripts section
      Reuse subject to prior approval by Staatsbibliothek Berlin

      Download whole XML file powered by TEI

      Current page

       
      26
      à St : Petersbourg ce 31 Aout/11 Septem. 1767.
      Monsieur mon très-chèr et très-honoré Oncle !

      J’ai l’honneur de Vous mander, que ce fût hier matin à deux heures
      et demi, que ma femme accoucha d’une fille le plus heureusement
      qu’il est possible : pour cette fois-cy, elle n’a eu besoin ni de
      sage-femme, ni d’aucune autre aide : et elle m’assura que cet enfant
      lui a couté moins de peine que tous les précédens. Dieu soit
      loué ! elle aussi bien que son enfant se portent à merveille.

      J’ai donc aprésent une petite Russienne, et qui encore est née
      un jour très remarquable : depuis que le monde existe, ce fût […]
      le premièr jour, auquel on alluma de Lanternes à nôtre Isle de
      Wasiliostrow ; ce fût encore une grande fête, savoir la fête de
      l’Ordre de St. Alexandre ; que des aspects favorables !

      je Vous supplie, Monsieur et très honoré Oncle, de vouloir
      bien faire notifier cette nouvelle à tous nos amis de Berlin et en
      particulier à la maison de la Baume, Mll. De Grase, Pegât,
      et Handreich, dès que l’occasion se presentera.

      Nos respects à Madame Votre épouse et mille Complimens
      à toute Votre aimable famille : je suis avec un profond respect

      Monsieur mon très-chèr et très-honoré Oncle
      Votre très humble et
      très-obéïssant Serviteur et neveu

      J. Albert Euler

      A Monsieur Monsieur le Professeur Formey Catera quis nervit

      à St : Petersbourg ce 31 Aout/11 Septem. 1767. Monsieur mon très-chèr et très-honoré Oncle !

      J’ai l’honneur de Vous mander, que ce fût hier matin à deux heures et demi, que ma femme accoucha d’une fille le plus heureusement qu’il est possible : pour cette fois-cy, elle n’a eu besoin ni de sage-femme, ni d’aucune autre aide : et elle m’assura que cet enfant lui a couté moins de peine que tous les précédens. Dieu soit loué ! elle aussi bien que son enfant se portent à merveille.

      J’ai donc aprésent une petite Russienne, et qui encore est née un jour très remarquable : depuis que le monde existe, ce fût […] le premièr jour, auquel on alluma de Lanternes à nôtre Isle de Wasiliostrow ; ce fût encore une grande fête, savoir la fête de l’Ordre de St. Alexandre ; que des aspects favorables !

      je Vous supplie, Monsieur et très honoré Oncle, de vouloir bien faire notifier cette nouvelle à tous nos amis de Berlin et en particulier à la maison de la Baume, Mll. De Grase, Pegât, et Handreich, dès que l’occasion se presentera.

      Nos respects à Madame Votre épouse et mille Complimens à toute Votre aimable famille : je suis avec un profond respect

      Monsieur mon très-chèr et très-honoré Oncle Votre très humble et très-obéïssant Serviteur et neveu J. Albert Euler

      A Monsieur Monsieur le Professeur Formey Catera quis nervit