Letters and texts:
Intellectual Berlin
around 1800

Letter from John Albert Euler to Jean Henri Samuel Formey (Saint Petersburg, 2 novembre 1767)

 

 

Facsimile Dipl. transcription Reading text Metadata Entities XML Facsimile Dipl. transcription Reading text Metadata Entities XML
 
 

Persons mentioned in the manuscript

Groups of persons mentioned in the manuscript

    Works mentioned in the manuscript

      Places mentioned in the manuscript

      Staatsbibliothek Berlin / Manuscripts section
      Reuse subject to prior approval by Staatsbibliothek Berlin

      Download whole XML file powered by TEI

      Current page

       
      29
      St : Petersbourg ce 2/13 Nov : 1767
      Monsieur mon très-chèr et très-honoré Oncle,

      Je Vous prie d’avoir la bonté l’incluse d’expedier l’incluse au prem-
      ier jour de poste : il contient une affaire qui regarde mon beau-frère
      j’ai dejà depuis six jours une fievre de fluxion très forte, qui me fait
      chanter pendant les nuits, à ce qu’on dit, les plus belles chansons, et qui
      me rend incapable de tout pendant le jour. Le Général Fermor est
      mort à Moskau et hier a été l’enterrement du Feld-Marschal
      Münnich
      . On m’avoit aussi fait l’honneur de m’y prier ; Mon père
      est rétombé malade, et ma Tante est depuis quelques jours sans
      connoissance. Nous Vous prions, Monsieur et très honoré oncle, de faire
      agréer nos complimens à toutes nos connoissances :

      je suis bien mortifié que mon étât de sant maladie m’empeche de Vous
      ecrire plus au long. et suis avec un profond respect


      Votre très-humble et très-obeissant Serviteur et
      Neveu
      J. Albert Euler
      St : Petersbourg ce 2/13 Nov : 1767 Monsieur mon très-chèr et très-honoré Oncle,

      Je Vous prie d’avoir la bonté d’expedier l’incluse au premier jour de poste : il contient une affaire qui regarde mon beau-frère j’ai dejà depuis six jours une fievre de fluxion très forte, qui me fait chanter pendant les nuits, à ce qu’on dit, les plus belles chansons, et qui me rend incapable de tout pendant le jour. Le Général Fermor est mort à Moskau et hier a été l’enterrement du Feld-Marschal Münnich. On m’avoit aussi fait l’honneur de m’y prier ; Mon père est rétombé malade, et ma Tante est depuis quelques jours sans connoissance. Nous Vous prions, Monsieur et très honoré oncle, de faire agréer nos complimens à toutes nos connoissances :

      je suis bien mortifié que mon étât de maladie m’empeche de Vous ecrire plus au long. et suis avec un profond respect

      Votre très-humble et très-obeissant Serviteur et Neveu J. Albert Euler